SiiAn suit à partir de 1993 des études de composition, orchestration, et guitare classique, aux Conservatoires de Rennes, Bourg-La-Reine, et Paris Xème. Diplômée en composition-orchestration, elle suit parallèlement une formation en musiques anciennes, médiévales et de la Renaissance, ainsi qu'en musiques traditionnelles méditerranéennes, auprès de Henri Agnel. Entre 2001 et 2013, siiAn se consacre à l'écriture de chansons, dans la sphère des musiques actuelles, concrétisées par trois albums (Du Large, La Dorsale, Après l'Indien), et douze années de concerts en France et à l'étranger.

 

Pendant toutes ces années siiAn s'intéresse de très près aux musiques traditionnelles et classiques de Méditerranée, d'Asie Centrale, et d'Inde du Nord. Elle apprend en Europe le rubab afghan auprès de Daud Khan Sadozaï, Efren Lopez, et Homayoun Zahfar, s'initie au oud à Istanbul auprès de Nicolas Royer-Artuso, approche les répertoires indiens au cours de masterclasses auprès de maîtres de la musique hindustani, s'imprègne des musiques traditionnelles du Maghreb et d'Europe Centrale au cours de nombreux voyages.

 

Ayant à coeur de partager avec le public l'amour de ces grands répertoires, elle entreprend un travail d'interprétation et d'arrangement de chansons afghanes, rajasthanis, rroms, bulgares, arabes, irlandaises: ce sont les albums et concerts Un Tour Ailleurs (2014) et Périples (2018).

 

siiAn travaille aujourd’hui sur une exploration des rythmes, timbres et modes traditionnels et classiques d'Asie Centrale, et sur leurs possibles liens avec une musique occidentale actuelle. Une écriture musicale mise en oeuvre pour le spectacle La mémoire des Eaux (2018 - Cie La Bao Acou), le concert ... et les oiseaux (2019 - avec Géraldine Le Boulch et l'Abbaye de Beauport), et D'où mais vers où (création en 2020, Cie Alban dans la Boite).

 

Ce travail de métissage sonore et musical l'a amenée au fil des années à modifier ses guitares. Ces transformations de l'instrument lui permettent à la fois de maintenir le contact avec son instrument premier, la guitare (très versatile en terme de modes, facile à utiliser pour accompagner le chant quelque soit la tonalité/modalité), et de créer des sonorités méditérranéennes contemporaines, en s'appropriant des techniques de jeu propres aux ouds arabe et turc, à la mandole kabyle, et au rubab afghan. Cette série de guitares arrangées se nomme Guitsiis.

 

 

 

Instruments:

chant / rubab afghan / guitsiis / guitare électrique / machines / bendir

 

Albums:

Du Large / La Dorsale / Après l'Indien / Un Tour Ailleurs / Périples


Spectacles actuels:

...et les oiseaux

Périples

La mémoire des eaux (Cie La Bao Acou)

 

Musiques de films :

Le Périmètre et Co-Que-Li-Cot (de Cédric Michel)

 

Spectacle en préparation:

D'où mais vers où (Cie Alban Dans la Boite)


Flûtiste et batteur, Erwan Tassel se passionne d'abord pour le Jazz, qu'il étudie de 1997 à 2002 au Conservatoire de Saint-Brieuc, dans la classe de Jazz dirigée par Jean-Philippe Lavergne. Il y étudie l'harmonie, le rythme et l'analyse musicale. Au cours de cette formation il participe à de nombreuses master-class autour de maîtres tels que Ricardo Del Fra, Didier Lockwood, Charles Lloyd, Simon Goubert...

 


Après cet apprentissage, il joue dans plusieurs formations de jazz (Zoltan Quartet), mais également dans des formations dont la musique est d'inspiration traditionnelle: Louzou (musique bretonne), Beaj (musiques de l'Est), Multumesc (musique de l'est), Trio Choro (musique brésilienne), 67 Ha (musique malgache), Griojaz (swing manouche).


Aujourd'hui, cette double inspiration fait partie intégrante de son travail : à la recherche d'une musique ouverte et enracinée, trait d'union entre les cultures, qui soit à la fois exigeante et curieuse.


Benoît Josse a étudié la musique savante en même temps que pratiqué et défendu une musique populaire. Il achève sa formation de violoniste au conservatoire de Rennes.

 

Il se produit depuis dans différents festivals en France et à l'étranger : Matamoroson à Santiago de Cuba, Django Fest de Seattle, la fête de la Merce à Barcelone, au Gipsy jazz de Nouméa, au bal de charité de la princesse de Monaco... Mais aussi dans des salles parisiennes telles que l'Olympia, le cirque Bouglione, le Divan du monde...

 

Sa quête d'une expression personnelle et ses rencontres l'amènent à aborder de nombreux styles musicaux : irlandais, klezmer, cubain, musique classique, baroque et contemporaine sous la direction de Gildas Pungier et de Yves Krier. Il découvre à Paris le jazz manouche et la musique tsigane au sein d'un orchestre roumain avec la chanteuse Norig. Il est ainsi tour à tour soliste et musicien d'orchestre.

 

Les musiciens qui l'ont marqué sont de ceux qui allient science et tradition, écriture et spontanéité, et qui tissent des liens entre différentes cultures tels que Nedim Nalbantoglu ou Sébastien Giniaux.

 

Actuellement vous pouvez l'entendre aux côtés de Laurent Morisson, Maryll Abbas, Gonzalo Gudiño, Pierrot des Roulottes dans la rallonge, et siiAn.


 

 

 

Après des études de Lettres modernes et quelques années au sein de l'Éducation nationale, passionnée par les arts et le spectacle vivant, Géraldine suit une formation de technicienne son et intègre la Cie de siiAn en 2008.

 

Parallèlement à son travail de sonorisation des concerts et d'enregistrement des albums de siiAn (Après l'Indien, Un Tour Ailleurs, Périples), Géraldine apporte au coeur de cette collaboration une réflexion permanente sur la musique, l'écriture, les arts du spectacle vivant, et contribue directement à l'élaboration et la concrétisation des projets artistiques de siiAn.

 


Sa rencontre avec la Cie Bao Acou se fait sur le spectacle « Je (se terre) », qu'elle sonorise à partir de 2016, notamment pour le Festival d'Avignon. Géraldine travaille avec Cédric Michel sur la prise de son et le mixage de ses films documentaires (Co-Que-Li-Cot, Le prince aux mains d'argent ) et enregistre les oiseaux pendant plusieurs mois entre 2018 et 2019 pour le spectacle "...et les oiseaux".

 

 

Régisseuse d'une des scènes du Festival Interceltique de Lorient depuis 2012, Géraldine collabore par ailleurs régulièrement avec des théâtres, centres culturels, et festivals en Bretagne.